Marie-Bernard Gillioz

lieu de la cave

Cave

Grimisuat

lieu des vignes

Vignes

3 hectares entre Saint-Léonard et Sion

les encaveurs

Le visage

Marie-Bernard Gillioz

À la rencontre de Mère Nature

Il y a plus de 30 ans en Valais, quand les vignes étaient complètement nues à cause de l’abus des produits de synthèse, une espèce rare a poussé au milieu du vignoble : Marie-Bernard Gillioz. Une femme, dans la fleur de l’âge, avec une vision qui se détache des racines de la viticulture conventionnelle de l’époque. Souvent critiquée par ses collègues à cause des herbes qui revêtent ses ceps, Marie-Bernard décide de suivre ses convictions : «La nature ne nous appartient pas, il faut en prendre soin et la laisser vivre».

Papillons, oiseaux, lièvres, fleurs, tout le monde a sa place dans ses vignes. Un des meilleurs exemples est peut-être la parcelle de Corbassière : une vieille vigne avec pas moins de 11 terrasses sur 800 mètres, où une centaine d’espèces cohabitent. «Vigne héroïque», «Musée à ciel ouvert», tant de noms qu’elle donne à cette vigne attachante où les cactus sont les vedettes. Chez Marie-Bernard Gillioz, ce n’est pas que dans la vie, mais aussi dans la vigne qu’il y a des cactus !

Pionnière dans une viticulture respectueuse de l’environnement où la biodiversité règne, Marie-Bernard devient la première femme présidente de Vitival, un mouvement qui a fait énormément avancer la viticulture en Valais. En accord avec sa philosophie, chaque parcelle est vinifiée séparément pour que le vin soit identitaire du terroir. En bref, Marie-Bernard, c’est cette fleur, ce vent de fraîcheur, mais aussi cette femme simple, humble, qui est devenue la Mère Nature de la viticulture valaisanne.

Les vins de Marie-Bernard Gillioz

30.00 CHF