Jean-Marie Pont

Pif, Paf, Pont

C’est dans son carnotzet, à Corin, que Jean-Marie Pont nous reçoit. Un bel espace voûté où règne une ambiance chaleureuse : le cadre idéal pour passer un moment convivial.

Après avoir partagé un verre de Fendant, Jean-Marie nous confie qu’il se destinait à une carrière de boulanger-pâtissier. Cependant, un mauvais timing l’oblige à attendre une année avant de débuter son apprentissage. Malheureusement pour lui, et heureusement pour nous, cette contrainte le pousse vers une autre orientation : la viticulture. Jean-Marie a eu du « Pif », car ce domaine devient rapidement une passion. Après une formation d’ingénieur œnologue à Changins, il profite de diverses expériences dans de grandes caves pour se perfectionner.

Et « Paf »... en 2006, accompagné par son épouse Geneviève, ils lancent leur premier millésime. « Nous avons toujours rêvé d’avoir notre propre bouteille sur une table » nous disent-ils. Et pas n’importe laquelle, une bouteille « avec une étiquette qui pète » !

Aujourd’hui, leur gamme de vins est facilement reconnaissable, que ce soit pour les fans de Breaking Bad ou les amateurs de chimie : Pfe, Per, Pco, Psy, etc. On retrouve sur l’étiquette autant d’éléments que dans le tableau de Mendeleïev.

Aussi méticuleux qu’un chimiste, notre encaveur prépare sa recette à la loupe. Il redore ensuite son breuvage de sa signature. Le « P » de Pont et les deux premières lettres du cépage sonnent alors comme une formule magique !